Envie de participer ?

régate des culs gelés 2023

Publié il y a 1 an par

régate des culs gelés 2023

Salut,

Francois ( barreur), Fred, Etienne (remplaçant de Claire), Stéphane et Nicolas ont représenté le club à l'épreuve du championnat longue distance des "culs gelés" au Coudray Montceau (Sud de Paris).

Après quelques dimanches d'entraînements dans des conditions météo difficiles à Caudebec, l'équipe était en forme pour participer à la compétition.

Pas de chance Claire est tombée malade vendredi et n'a pas pu participer. Grosse déception pour notre grande sportive. Ce sera pour 2024. Heureusement nous avions un remplaçant. Etienne est prévenu samedi et répond présent . Merci Etienne.

Samedi c'est le départ. Claire à trouvé une camionnette 9 places avec un attelage pour tirer la remorque. Nous arrivons au club du Coudray en fin d'après-midi. Nous préparons la yolette liteboat dans le froid. Ca promet pour dimanche matin.

Nous allons  à notre Hôtel puis au resto. Viandes grillées et frites, hygiène sportive impeccable...  Les couples se forment pour la nuit .Stéphane choisi François comme doudou barbu et Fred bercera Nicolas.

Il faut être à 8 heures pour la réunion des équipages, les consignes et la présentation des pièges du parcours aux barreurs. Etienne n'a pas pu partir avec nous, il nous retrouve au parc à bateau. La nuit à été couverte , il fait juste zéro degré, par contre le vent nous glace.

Le parc à bateau est tout en longueur et l'accès à la file d'attente pour descendre au ponton est étroit. Les équipages passent en force les yolettes pour ne pas partir trop tard. C'est le bazar mais ça fait parti du charme de cette épreuve. Nous nous faufilons avec notre belle yolette qui à fière allure au milieu des vieilles yolettes. Nous avons du beau matériel à l'ACVS. Nous sommes sorti du parc et nous déplaçons le bateau de tréteau en tréteau jusqu'au ponton, les bénévoles du club nous aide à embarquer. Pas le temps de s'échauffer, les manchons sont gelés, on a l'onglée! 

Départ lancé, c'est parti pour 25 km. Le courant est assez fort François assure à la barre pour longer la berge en évitant les zones dangereuses. Nous sommes habitués à ramer contre le courant. Nous poussons sur la planche à pied, nous  avons des bonnes sensations , le bateau glisse bien. Capitaine François manœuvre comme un chef pour doubler les autres équipages. Les mains et les corps se réchauffent au bout de 3 km.  Nous filons, nous doublons des bateaux cela nous motive. Aucun bateau nous double , c'est bon signe. Nous arrivons au pont , 10 km parcourus , encore 2.5 km pour atteindre la bouée. Plus nous approchons du barrage plus le courant est fort et la Seine agitée. Nous ne mollissons pas voici la bouée. C'est une manœuvre à ne pas rater au risque de percuter un autre équipage ou de finir dans la berge. Le bateau devant nous est en difficulté, François tourne la barre à fond et les rameurs scient droit et rament gauche . Notre yolette est géniale pour faire des virages serrés.

C'est reparti pour 12.5 km avec le courant. Nous buvons à tour de rôle pendant que le reste de l'équipage continue de ramer pour ne pas perdre de temps. Nous doublons encore quelques bateaux, 3 péniches passent , c'est pas grave nous connaissons les vagues, par contre la 3 ème pénichent lève une grosse vague qui trempe Nicolas jusqu'au milieu du dos. Heureusement , nous avons fait les deux tiers de la course.

L'arrivée approche, nous ramons bien à une cadence régulière. Bravo à Fred qui gère parfaitement la course. La nage est le poste le plus difficile. La Seine se calme , nous montons la cadence. Sans relâcher notre effort , nous nous charrions avec une autre yolette que nous doublons juste avant la ligne d'arrivée. La trompe retenti , nous avons passé la ligne d'arrivée. Nous sommes contents de notre course nous espérons avoir fait une bonne performance. C'est vraiment une belle épreuve. 

Il faut maintenant accoster. Les bateaux font la queue pour accéder aux 2 pontons. Les bénévoles nous aides pour sortir la yolette et organisent un relais de charriots pour remonter la rue jusqu'au parc à bateau. Merci à eux.Nous nous couvrons, nous mettons le quatro sur la remorque et cassons la croûte. Le club nous offre une bonne soupe à l’oignon, ça fait du bien. 

Les résultats tombent , nous sommes 7 ème  sur 32 bateaux dans le classement homme. Temps 2 heures et 10 minutes.

Nous pouvons trinquer à notre santé et à notre réussite à cette régate. Bravo les gars! Bravo l'ACVS! Bravo aux organisateurs!

Nous reviendrons en 2024, avec en plus pourquoi pas, un équipage mixte et un équipage féminin. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

toute l'association

Commentaires